Diarrhées du nourrisson : des résultats probants sur la souche L. fermentum CECT5716 (probiotique)

L’impact positif sur la santé, et notamment le bien être intestinal, de certaines bactéries tels que Escherichia coli ou certains représentants des bifidobactéries est connu et utilisé en médecine depuis le début du 20ème siècle. Le terme « probiotique », quant à lui, n’a été introduit pour la première fois qu’en 1965 par Lilly et Stillwell. Leur utilisation en pratique clinique suscite encore aujourd’hui un très vif intérêt, ponctué parfois de controverses en lien principalement avec le manque de reproductibilité de certaines données d’efficacité (Guarner, 2012).

Les préparations infantiles, dont la composition est très réglementée, sont de plus en plus complétées par des probiotiques, prébiotiques ou encore une association symbiotique. Mais cette supplémentation est-elle sûre pour les nourrissons ? A-t-elle un intérêt clinique ? Cet effet est-il reproductible d’une étude à une autre ?

Sécurité établie chez l’enfant en bonne santé mais manque de données d’efficacité fiables

La dernière évaluation de l’ESPGHAN (European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition) des formules infantiles complétées par des probiotiques et/ou des prébiotiques a mis en avant la sécurité de l’utilisation de ces formules sur des enfants en bonne santé. Les experts ont néanmoins conclu à un manque de données d’efficacité suffisantes pour pouvoir recommander l’utilisation systématique de ces préparations.

Ce domaine de recherche nécessite la mise en place d’essais contrôlés randomisés solides avec des critères d’inclusion/exclusion bien définis, une taille d’échantillon conséquente et la définition précise et cliniquement pertinente des critères de jugement. A noter que l’efficacité des probiotiques dépend de la souche utilisée et les résultats obtenus avec une souche ne peuvent pas être généralisés aux autres (Braegger, 2011).

L. fermentus CECT5716 diminue de 44 % l’incidence des diarrhées et en réduit la durée moyenne de 2,5 jours (Maldonado, 2019)

 

La souche de L. fermentus CECT5716 a été initialement isolée du lait maternel et est naturellement présente au niveau de l’intestin des nourrissons.

Méthodologie :

En phase avec les recommandations de l’ESPGHAN, Maldonado J et ses collaborateurs ont conduit une étude randomisée, contrôlée, en double aveugle, afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité d’une formule infantile de lait complétée par L. fermentus CECT5716 pendant la première année de vie. Cette étude a inclus 236 nourrissons nés à terme, en bonne santé, âgés d’un mois et nourris exclusivement avec des préparations pour nourrissons.

  • Le groupe contrôle a reçu une préparation standard pour nourrissons sans pré ou probiotiques.
  • Le groupe d'intervention - LF (L. fermentus CECT5716) a reçu la même formule standard à laquelle ont été ajoutés 107 CFU/g de L. fermentus CECT5716.
  • Une évaluation clinique a été réalisée à 1, 2, 4, 6, 9 et 12 mois et des échantillons de selles ont été analysés à 1, 4, 6, 9 et 12 mois. De plus, les parents devaient remplir un questionnaire toutes les deux semaines sur la santé de leur enfant. Le critère principal d’évaluation de l’étude était la prise de poids moyenne entre 1 et 4 mois. Les critères secondaires comprenaient d’autres paramètres anthropométriques, l’incidence des infections, la tolérance et les effets indésirables.

Une analyse en intention de traiter (83 enfants dans le groupe LF et 77 enfants dans le groupe contrôle) et per protocole (65 enfants et 61 enfants, respectivement) ont été réalisées. Les résultats des critères primaires et secondaires ont été ajustés en fonction de l'âge à l’inclusion, du groupe de traitement, du sexe, du mode d’accouchement, de la présence ou pas d’une fratrie, de la vaccination ou non contre le rotavirus, de l'allaitement avant l'intervention et de l'âge gestationnel à la naissance.

 Principaux résultats :

  • La prise de poids entre 1 et 4 mois (critère de jugement principal) était comparable dans les groupes LF et contrôle (2,79 ± 0,79 kg versus 2,67 ±0,70 kg, respectivement).
  • Les courbes de croissance (poids, taille et circonférence de la tête) étaient semblables dans ces deux groupes et les formules ont été bien tolérées et acceptées.
  • Fait notable, la consommation de préparations pour nourrissons enrichies en L. fermentus CECT5716 a réduit significativement l’incidence de la diarrhée de 44 % en comparaison au groupe contrôle (taux d’incidence respectifs : 0,385 ± 0,077 versus 0,689 ± 0,106, p=0,014) au cours de la première année de vie chez ces enfants en bonne santé.
  • La préparation LF a, par ailleurs, réduit la durée moyenne de la diarrhée de 2,5 jours en comparaison au groupe contrôle (durées moyennes respectives : 4,55 ± 3,6 jours versus 7,10 ± 4,9 jours, p=0,044).

Ces résultats font écho à des données précédentes concernant les laits enrichis en L. fermentum CECT5716 et Galacto-oligosaccharide (GOS) (voir ci-après)

Le complexe « GOS + L. fermentum CECT5716 » réduit l’incidence des infections respiratoires et gastro-intestinales

La sécurité et l’efficacité de formules de lait infantile et de lait de suite, enrichies en GOS ± L. fermentum CECT5716 ont été évaluées dans des essais cliniques randomisés, contrôlés, en double aveugle.

Les principales caractéristiques de ces essais sont résumées dans le tableau 1.

Principaux résultats :

  • De façon similaire dans les études GOLF 1 et GOLF 2, la croissance et le développement des enfants étaient comparables dans les groupes contrôle et interventionnel.
  • Le suivi à long terme de l’étude GOLF 2* a permis de confirmer la sécurité d’emploi de ces formules.
  • De plus, ces essais ont conclu en une bonne tolérance et une bonne compliance avec la formule GOS + L. fermentum CECT5716 chez des enfants en bonne santé âgés d’un à douze mois (résultats cumulés de GOLF 2 et GOLF 1).
  • En termes d’efficacité, la formule infantile enrichie en GOS + L. fermentum CECT5716 a permis de réduire de 71 % l’incidence des infections gastro-intestinales par rapport au contrôle (p=0,018, étude GOLF 2).
  • Le lait de suite enrichi en GOS + L. fermentum CECT5716 a, quant à lui, permis une réduction de l’incidence de 46 % (p=0,032) des infections gastro-intestinales et de 27 % (p=0,026) des infections respiratoires par rapport au contrôle (étude GOLF 1).

… probablement en raison de la modification du microbiote intestinal du nourrisson

Différents mécanismes ont été proposés pour expliquer l’activité anti-infectieuse de L. fermentum CECT5716 comme : la compétition avec des bactéries pathogènes, la production de composés antibactériens ou encore la stimulation du système immunitaire.

Un effet synergique du complexe « GOS + L. fermentum CECT5716 » a également été avancé pour expliquer la réduction de l’incidence des infections gastro-intestinales chez le nourrisson via l’enrichissement en lactobacilles et bifidobactéries.

En effet, l’analyse des populations bactériennes dans les fèces a permis de mettre en évidence un enrichissement du microbiote intestinal en : lactobacilles (+ 78 %, p=0,008) et bifidobactéries (+ 70 %, p=0,022) chez les enfants nourris au lait de suite enrichi en GOS + L. fermentum CECT5716 (GOLF 1).

Maldonado et ses collaborateurs (BMC Pediatr. 2019) ont également démontré une augmentation significative de la quantité de lactobacilles dans les fèces des enfants nourris à la formule standard + L. fermentum CECT5716. D’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre le mécanisme d’action de ce complexe pré/probiotique car celles que nous citons dans cet article n’ont pas été conçues pour tester ce type d’hypothèse.

En conclusion,

Dans la lignée des recommandations de l’ESPGHAN, plusieurs études de qualité ont démontré, de façon répétitive et cohérente, que les ingrédients L. fermentum CECT5716 et GOS entrant dans la composition des laits infantiles de la gamme HiPP COMBIOTIC®, permettaient de réduire l’incidence des infections gastro-intestinales chez les nourrissons en bonne santé. 

Références

  • Braegger C et coll. ESPGHAN Committee on Nutrition. Supplementation of infant formula with probiotics and/or prebiotics: a systematic review and comment by the ESPGHAN committee on nutrition. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2011 Feb;52(2):238-50. doi: 10.1097/MPG.0b013e3181fb9e80.
  • Gil-Campos M et coll. Lactobacillus fermentum CECT 5716 is safe and well tolerated in infants of 1-6 months of age: a randomized controlled trial. Pharmacol Res. 2012 Feb;65(2):231-8. doi: 10.1016/j.phrs.2011.11.016.
  • Guarner F et coll. World Gastroenterology Organization. World Gastroenterology Organisation Global Guidelines: probiotics and prebiotics October 2011. J Clin Gastroenterol. 2012 Jul;46(6):468-81. doi: 10.1097/MCG.0b013e3182549092.
  • Maldonado J et coll. Evaluation of the safety, tolerance and efficacy of 1-year consumption of infant formula supplemented with Lactobacillus fermentum CECT5716 Lc40 or Bifidobacterium breve CECT7263: a randomized controlled trial. BMC Pediatr. 2019 Oct 21;19(1):361. doi: 10.1186/s12887-019-1753-7. Maldonado J et coll. Human milk probiotic Lactobacillus fermentum CECT5716 reduces the incidence of gastrointestinal and upper respiratory tract infections in infants. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2012 Jan;54(1):55-61. doi: 10.1097/MPG.0b013e3182333f18. Maldonado-Lobón JA et coll.
  • Long-term safety of early consumption of Lactobacillus fermentum CECT5716: A 3-year follow-up of a randomized controlled trial. Pharmacol Res. 2015 May-Jun;95-96:12-9. doi: 10.1016/j.phrs.2015.01.006.

*Les autorités de santé recommandent l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de vie (lorsqu’il est possible).